Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 09:07

بقلم الدكتور عبد الصمد الديالمي، ترجمة ناصر السوسي

من غير نكران فضل جميع الأساتذة الذين تتلمذت لهم، سواء في المدرسة أو الثانوية أو الجامعة، يحتل محمد جسوس مكانة خاصة في حياتي . فجسوس والخطيبي هما الأستاذان المغربيان الوحيدان اللذان درساني علم الاجتماع بدء من سنة 1969 على مدى السنتين النهائيتين من الإجازة (1969-1970 و 1970-1971). أما الأساتذة الآخرون فإما فرنسيون ،(في قسم الفلسفة بالفرنسية )، و إما مصريون أو سوريون (في قسم الفلسفة المعرب) .

كان محمد جسوس، وهو العائد لتوه من الولايات المتحدة الأمريكية، يأتي إلى الكلية مرتديا سروالا قصيرا و قميصا بأكمام قصيرة تزركشها مربعات ملونة. كانت هذه البساطة في اللباس تصدم أذهان الطلبة لكننا أدركنا تدريجيا أنها علامة على حداثة يومية متبناة بشكل عميق إلى أقصى حد. وأدركنا، و بالتدريج كذلك، أن جسوس لم يكن ليخطر على باله أن يفرض ذاته من خلال الهندام. هكذا علمنا، و من دون التصريح بذلك، أن الهندام لا يصنع الأستاذ . فكم من جهل مقدس يختفي بالفعل خلف الملبس!

لا تتوقف حداثة جسوس عند حدود الهندام، فحداثته تكمن بشكل خاص في طريقته في التدريس، و في بيداغوجيته التشاركية، وفي استعداده القبلي للإنصات لمريديه. من ثمة، فهو يذكرني بسقراط.

أثناء الحلقات الدراسية للسنة الرابعة من الإجازة (1970-1971) كان محمد جسوس الأستاذ الوحيد الذي يتحدث، و الوحيد الذي يتدخل، في الوقت الذي كان فيه الأساتذة الآخرون، الفرنسيون و المغاربة، الحاضرون معنا، ينصتون. كانوا ينصتون له بكل احترام، و كنت أنصت له بإعجاب. لذلك أعددت ، وفي تلك السنة بالذات، أي 1971، أعددت رسالة الإجازة حول الشباب المغربي تحت إشرافه هو.

على أن حداثة جسوس تكمن بشكل أخص في قبوله سنة 1975 الإشراف على أطروحتي للسلك الثالث في موضوع الجنس في المغرب. فكان بذلك أول أستاذ جامعة مغربي يقبل الإشراف على موضوع أطروحة كهذا. وهو ما أتاح لي شرف أن أكون أول طالب مغربي ناقش سنة 1980 أطروحة حول الجنس في المغرب. و لا ينبغي أن يغرب عن بالنا في هذا الصدد بأن هذا كله قد جرى و تم بالجامعة المغربية.

وبقبول موضوعي المعنون "الجنس والمجتمع بالمغرب: دراسة نظرية و تطبيقية " ، يكون محمد جسوس قد أبان عن جرأة نموذجية و روحا أكاديمية رائدة جعلته يضع اللبنة الأولى لتشييد حقل الدراسات الجنسية و الجندرية في المغرب.

أثناء إعدادي أطروحتي تحت إشرافه، من 1975 إلى 1980، واظبت على زيارته بالرباط، و تحديدا في منزله بأكدال ، بزنقة درعة. كان يعيد إلي، في كل زيارة له، الفصل الذي تسلمه مني من قبل. و كان يبقيني عنده لساعتين أو ثلاث ساعات ليشرح لي شفويا تعليقاته المرسومة باللون الأحمر. كان ذلك يتم بمحضر من زوجته و ابنتيه. كان جو العمل مفعما بروح الود والهدوء، و بالاحترافية و الأكاديمية على حد سواء. بزي بسيط دوما، فهو لا يتمسك بالشكليات، كان يستقبلني في بيته كأنني ابنه أو شقيقه الأصغر. و عند المغادرة، كان يزودني بكتب للقراءة من خزانته الشخصية. فأعود إلى الدار البيضاء {من 1975 إلى 1977}، و فيما بعد إلى فاس {من 1977 إلى 1980} دائما محملا بها. و الملاحظ أن تلك الكتب لم تكن لها علاقة مباشرة بموضوع الجنس و/أو المرأة، ولم أدرك إلا تدريجيا أنه كان يمكنني من الأسلحة النظرية التي ستجعل من عملي عملا أكاديميا علاوة على كونه سلاحا في معركة الدفاع عن القضية الجنسية و النسائية. ومع انه لم يطلب مني أبدا أن أرد له كتبه، فقد كنت دوما حريصا على إرجاعها اليه .

عند ما واجهت البحث الميداني حول موضوع على قدر كبير من الحساسية، قدم لي محمد جسوس "درسا" حول سوسيولوجيا السوسيولوجيا بالمغرب من قبيل ما يلي: "ليست للمغربي أية دراية بالبحث السوسيولوجي"، "بالنسبة للمغربي، كل باحث هو عميل استخباراتي مقنع"، "لن يكون الاستبيان / المقابلة ممكنا إلا إذا كان للمغربي رأي شخصي و فردي متمايز ومغاير للرأي الجماعي السائد"... فيما بعد، كتب ايمانويل طود أن الديمقراطية لن تتحقق إلا إذا كانت النسبة المئوية للساكنة المتعلمة بشكل حقيقي تفوق 70 في المائة.

عقب نشر هذه الأطروحة سنة 1985 بدار النشر المغربية تحت عنوان "المرأة والجنس في المغرب"، آخذني جسوس على عدم نشرها بالكامل، كما عاتبني، بشكل أدق ، على اقتضابي الجزء الميداني. ولم أستوعب قيمة نقده الحقيقية إلا بعد مرور ثلاثين سنة. مرد ذلك أن عالم الاجتماع المغربي خلال حقبة الثمانينات (من القرن الماضي) كان مناصرا، بشكل خاص، للنظرية و النقد الثوريين. لكن جسوس، رغم أنه المناضل السياسي غير الفاسد المعروف من لدن الجميع، كان على وعي تام بقيمة البحث الميداني دون أن يقع في الهوس التكميمي المميز للمدرسة الأمريكية. لذلك لم يستصغر جسوس قط قيمة البحث الميداني في مهنة عالم الاجتماع المغربي.

بالنسبة إلي، جسوس لم يمت، ولن يموت أبدا . فدرسه صاحبني دائما، وسيظل يصاحبني على الدوام . في نظري، سيظل درسه حاضرا لدى جميع علماء الاجتماع المغاربة. في نظري، ليس جسوس مرجعا لعلماء الاجتماع وحدهم، إنه قدوة للمثقفين وللسياسيين.

Repost 0
Published by Pr. Abdessamad Dialmy - dans Sociologie du Marocain au quotidien
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 13:08

Khatibi est, à mon sens, le premier marocain à faire de l'anthropologie, tout en reconnaissant qu' «on ne nationalise pas une science pour lui donner une valeur d'objectivité»[1]. Il est en effet le premier à rompre avec le mépris scripturaire de l'islam populaire, et avec la condamnation sociologico-développementaliste de l'ethnologie coloniale. Dans Blessure du nom propre, il étudie différentes formes de culture populaire et ne craint pas de dénoncer l'emprise du réformisme. Il écrit : «au nom de la culture nationale, on censure, on réprime les valeurs de la culture populaire qui sont moins logographiques, plus sensibles à une continuité historique inscrite dans le corps. C'est par la critique d'une telle idéologie que le savoir peut se fonder...»[2]. Cette volonté de savoir s'exprime chez Khatibi quand il présente et aborde la culture populaire comme un ensemble de sous-systèmes sémiotiques en rapport avec l'Islam. «Les systèmes sémiotiques ici présentés, écrit-il, s'inscrivent notoirement par rapport à l'Islam...soit qu'un système constitue une propagation travestie et voilée de l'inter-signe divin (la calligraphie), soit qu'il s'institue à l'interstice du tracé refoulé par l'Islam : le tatouage comme archi-écriture du signe vide, soit qu'il s'ordonne en une sémiotique orale, sans doute traversée par le texte coranique, mais dont la structure formelle remonte au Récit primitif (proverbe, conte)...»[3]. Apparemment, l'objet de Khatibi est le même que celui de l'ethnologie coloniale : dans les deux cas, il s'agit bien de culture islamique populaire, et Khatibi ne craint pas de reprendre les croquis de J. Herber à propos du tatouage de la marocaine. Mais en fait, la perspective et le mode d'approche ont changé. Khatibi ne vise pas à exploiter ces sous-systèmes pour jouir de la déconfiture historique de l'islam. Son point de vue n'est plus celui d'un chercheur qui regarde une population primitive, et son approche sémiotique s'intéresse surtout au jeu des signes constitutifs d'un texte. Ce changement de perspective et d'approche opéré par Khatibi le met devant un objet nouveau, différent de celui interrogé par l'ethnologie coloniale. «Ce que Khatibi interroge, écrit R. Barthes, c'est un homme intégralement populaire, qui ne parle que par ses signes à lui, et qui se trouve aujourd'hui trahi par les autres, qu'il soit parlé (par les folkloristes) ou tout simplement oublié (par les intellectuels)»[4]. Désormais, s'intéresser à la culture populaire ne vise plus à trouver un démenti à l'Islam universaliste scripturaire dans la spécificité de la coutume. Certes, le démenti satirique de l'Islam scripturaire par l'islam populaire peut se retrouver, ici et là, dans les travaux de Khatibi, mais ce démenti n'est plus l'objectif central dans la stratégie de l'écriture. Par exemple, Khatibi affirme que «le proverbe gomme les interdits religieux, en particulier la sodomie (et le cunnilingus)»[5], ou que le tatouage «ornemental», «fait pour le plaisir du corps, serait une manière de voiler le tracé divin par une écriture érotique. C'est substituer à l'ordre de Dieu la stratégie humaine du désir»[6]. Malgré cette trahison de la loi islamique par le proverbe et le tatouage, il ne s'agit plus ici de faire fonctionner l'islam populaire comme une culture anti-islamique, liée à une force politique sécessionniste, la race berbère en l'occurrence.

Dans le sillage de Khatibi, mais en faisant un travail ethnographique de collecte, des auteurs comme A. Hammoudi (1988)[7], A. Dialmy (1991)[8], H. Rachik (1992)[9] et K. Naamouni (1993)[10] ont également renoué le lien avec l'ethnologie et de ses objets. «Les travaux ethnographiques et ethnologiques sur les rites marocains se multiplient» confirme R. Jamous[11]. Mais l'enjeu politique d'une telle démarche n'est plus la mesure du «coefficient de primitivisme dégressif» (G. Marcy), il est d'élargir la notion de culture nationale, de l'enrichir, et de la libérer du réductionnisme réformiste. Pour l'ensemble des chercheurs nationaux s'intéressant à la culture orale, la culture nationale n'est pas réductible à la culture savante, citadine et bourgeoise. La culture nationale ne doit pas se construire sur un acte d'exclusion idéologique des cultures périphériques. En un mot, la finalité ultime de l'acte ethnographique national n'est pas de semer le doute sur l'islam du marocain, ou sur l'unité nationale du Maroc.

[1] Ibid, p. 25.

[2] A. Khatibi : Blessure du nom propre, Paris, Denoel, 1974, p. 70.

[3] Ibid, pp. 16-17

[4] R. Barthes : «Ce que je dois à Khatibi», Pro-culture, Rabat, n° 12, 1970.

[5] A. Khatibi : Blessure... op.cit, p. 50.

[6] Ibid, p. 102.

[7] A. Hammoudi : La victime et ses masques. Essai sur le sacrifice et la mascarade au Maghreb, Paris, Le Seuil, 1988

[8] A. Dialmy : Féminisme soufi. Conte fassi et initiation sexuelle, Casablanca, Afrique-Orient, 1991

[9] H. Rachik : Le sultan des autres. Rituel et politique au Haut-Atlas, Casablanca, Afrique-Orient, 1992.

[10] K. Naamouni : Le culte de Bouya Omar, Casablanca, Eddif, 1993.

[11] R. Jamous : «Rites sacrificiels en Inde et au Maghreb», Correspondances, Bulletin de l'IRMC, n° 32-33, Juillet-Août 1995, p. 10.

Repost 0
Published by Pr. Abdessamad Dialmy - dans Sociologie du Marocain au quotidien
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 12:41

العديد من الأزواج يشتكون من الفتور الذي يطال العلاقة الجنسية بينهما بعد سنوات من الزواج، فهل يقتل الزواج المعاشرة الجنسية؟

 

إن الزواج كيفما كانت طبيعته، سواء كان نتاج قصة حب أو غير ذلك، يعيش بعد فترة معينة مللا وفتورا في الممارسة الجنسية، وذلك نظرا لعدة أسباب أهمها انشغال الزوجة بأمور البيت والأشغال المنزلية والأطفال، وهو ما يفقدها الرغبة في الممارسة بنفس الوتيرة التي كانت عليها في السنوات الأولى من الزواج.

 

تقصد أن الملل والفتور يهم المرأة بالدرجة الأولى؟

 

هو في الحقيقة يهم الزوجان معا، لكن المرأة بشكل أكبر، حيث تكون لها التزامات في البيت أكثر من الرجل، وبالتالي تكون المعنية الأولى بالفتور. وبشكل عام، فالملل الذي يطال العلاقة الجنسية يبقى متبادلا، وهو ما يفسح المجال للاشتهاء، حيث يصير الرجل يشتهي نساء أخريات والمرأة كذلك تشتهي رجالا آخرين.

في الماضي، لم تعرف العلاقات بين الأزواج الفتور والملل، وذلك لكون الرجل لم يكن يقتصر في زيجاته عل امرأة واحدة، وهو بذلك لا يعرف التقاعد الجنسي مادام يغير المرأة كل ليلة، والشيء نفسه بالنسبة للمرأة التي كانت تنتظر دورها مرة كل ثلاثة أو أربعة أيام.

الفتور بدأ يعرفه الرجل عندما اضطر إلى الاقتصار على امرأة واحدة، وبالتالي فهو ظاهرة عصرية مرتبطة بالزواج الأحادي وطول مدة الزواج.

 

 

طيب، كم عمر العلاقة الجنسية المشتعلة بين الأزواج، وبعبارة أخرى متى يبدأ الفتور في التسلل إلى فراش الأزواج؟

 

ليس هناك فترة محددة بالضبط، لكن في اعتقادي يبقى ذلك حسب الأزواج، ويمكن أن يحدث الفتور بعد خمس سنوات كما يمكن أن يصل إلى 10 أو 15 سنة، ذلك أنه ليس هناك دراسات تحدد فترة الملل الجنسي، الذي يبقى متوقفا على إرادة التجديد والاكتشاف لديهما...اكتشاف الجسد والتعبير بكل حرية عن رغباتهما الدفينة.

ولابد من الإشارة، إلى أنه في السابق كان الزوج يعبر عن رغباته مع العشيقات فقط، أما اليوم فالزوج الحداثي صار أكثر انفتاحا ويعبر عن رغباته حتى مع زوجته، والشيء نفسه بالنسبة للمرأة. وكلما كان الزوجان مثقفين وواعيين، كانت لهما حظوظ أكبر للتعبير عن رغباتهما بكل حرية. وبالتالي لابد من ثقافة جنسية للجانبين.

نقطة أخرى لابد من الإشارة إليها، وهي أن الثقافة الجنسية مرتبطة بالمدينة وليس بالبادية، التي يبقى فيها الجنس خاضعا للرغبة في الإنجاب وليس كمتعة، أما في المدينة يصير الجنس أكثر تحررا وانفتاحا لأنه مرادف لغرفة نوم مستقلة ومهيأة تمكن من متع متعددة بفضل تغيير الوضعيات الدنسية، وبالتالي فرص أكبر لتجديد الرغبة وتنويعها.

 

 

لكن الفتور يتسلل أيضا للأزواج المثقفين والواعين؟

 

طبعا، فهو نتاج غياب تربية وثقافة جنسية والاعتقاد الخاطئ بأن الزواج يجعل الزوج يحيط بجسد الزوجة، والحال أنه يمكن للزوجين أن يكتشفا أشياء بعد مرور 30 سنة !!! كقبل معينة، وأوضاع جديدة...وغير ذلك.

 

 

ما هي إذن الأسباب التي تجمد رغبات الأزواج على الفراش؟

 

هناك طول فترة الزواج، فكلما طالت مدة الزواج تسلل الملل والفتور، ويبقى هذا هو العامل الرئيسي، وهناك أيضا أسباب أخرى مرتبطة بترهل الجسد بعد فترة معينة، وعدم اشتعال الرغبة...

وهنا استحضر فكرة المحلل النفسي "وليام رايش"، والذي يقول بأن "العلاقة الجنسية الطبيعية لها عمر لا يتجاوز ست سنوات"، وأنه بعد هذه المدة ينبغي على الطرفين أن يغيرا بعضهما البعض تفاديا للملل. لأن مؤسسة الزواج  الدائم مضادة للطبيعة البشرية وتوقع الفرد في الملل والرتابة بالضبط.

والأكيد أننا نعيش نفاقا اجتماعيا وجنسيا، حيث أن العديد من الأزواج يستمرون مع بعضهم البعض على الرغم من الفتور ولأسباب اجتماعية ومادية لا علاقة لها بالجنس.

 

 

ما هي مظاهر الفتور في العلاقة بين الزوجين؟

 

هناك مؤشر بديهي، وهو تباعد أوقات الجماع، فكلما ارتفعت المدة بين جماع وآخر كلما أمكن القول بحدوث فتور جنسي. في بداية الزواج، يكون الإيقاع مرتفعا، وهو ما يعبر عنه بmms، أي Matin et midi et soir، بعد ذلك يبدأ المنحى التنازلي، مرة كل يوم، فثلاث في أسبوع، ثم مرة في الأسبوع ثم مرة في الشهر ثم مرة في كل فصل إلى أن "يتآخي اللحم" كما نقول في دارجتنا...

ولابد من الإشارة إلى أن هذا التباعد لا يعني مطلقا موت الرغبة، فالرغبة حاضرة لكن ليس مع الزوج أو الزوجة، وهنا تبدأ الاستيهامات، حيث يصير الرجل يفكر ويتخيل امرأة أخرى لحظة مضاجعته لزوجته، وكذلك المرأة.

 

يعني تبدأ الخيانة الباطنية؟

 

ليست خيانة بمفهومها الجنائي  بقدر ما هي حق في الخيال، حيث تصير الاستيهامات منشطا جنسيا ينقد من الفتور والملل، لأن الجنس مرتبط أساسا بالمخيال، ولا جنس بدون مخيال وإبداع. وكما يقول الفقهاء "الاستحلام فيه رحمة" لأنه يقي الرجل أو المرأة  من الزنا، فيه تنفيس عن النفس مع تجنب المعصية.

 

 

هل يمكن أن يدفع الملل والفتور في العلاقة الجنسية بين الزوجين إلى الخيانة؟

 

طبعا، في الماضي لم يكن هذا الأمر مطروحا، لأن تعدد الزوجات كان منتشرا، وكان في مصلحة الرجل طبعا، أما المرأة فقد كان الإنجاب هو هدفها الاستراتيجي فيما الإشباع الجنسي لم يكن ضمن غاياتها. اليوم اختلفت الأمور، وصار هناك وعي جنسي لدى الرجال والنساء على حد سواء، وبالتالي فإن الملل يؤدي إلى خيانة العقد الزوجي، ويبقى الرجل أكثر عرضة للخيانة نظرا للماضي الأبيسي الذي لازال يسكنه إلى الآن.

 

 

ما هي في نظرك الحلول ليتجاوز الزوجان حالة الملل، ويجعلا فراشهما دائما مشتعلا؟

 

النجاح الجنسي مرتبط ببداية العلاقة الزوجية أي مرحلة MMS، فهي البنية السفلى التي تؤسس نجاح العلاقة الزوجية وتقود إلى الدوام والاستقرار. بعد مدة تصير العلاقة مستقرة ومندمجة وتبدأ أهمية الجنس تتضاءل ولا يبقى من الأولويات، وتعوضه مشاعر أخرى مثل الحنان...

يجب أيضا تفادي الإحساس بأن الجنس واجب، فالجنس كواجب يؤدي إلى الملل ويفقد الرغبة بل يقتلها، الجنس ليس مهمة، بل متعة.

وأود أن أؤكد أن الفتور الجنسي بعد تقدم سن الزواج ليس مشكلة، بل شيء طبيعي في كل علاقة، إنه صيرورة طبيعية للزواج بصفته عقدا جنسيا.

 

 

لكن كيف يمكن مقاومته؟؟

 

مقاومة الفتور والملل تكون بالتجديد والمباغتة في الملابس والعطور والأوضاع الجنسية والغرفة والبيت والتوقيت ...في تهيئ ظروف تتجدد دوما.

في الواقع، تصبح العلاقة ،في زواج ناجح ومع مرور الزمن، علاقة عاطفية أكثر، حيث يحدث نوع من التواطؤ والتفاهم دون جنس !!! ويصير للحنان والتفاهم المتبادل دورا أكبر في التقريب بين الزوجين. ...العشرة الطويلة تحل محل الرغبة وتعوضها. الفتور الجنسي مشكل في بداية العلاقة الزوجية وليس مشكلا حين يتقدم السن بالزوجين.    

 

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 12:50

  Au delà des causes directes des accidents de circulation, aucune étude n’a été faite pour analyser les causes profondes du mode de conduire marocain. Les Marocains conduisent mal parce qu’ils se conduisent mal. Mal conduire est une manière de mal se conduire, et mal se conduire est une manière de protester pathologiquement contre un Etat frustrant.

 

 

Au Maroc, beaucoup d’accidents de circulation, beaucoup de blessés graves, beaucoup de morts. Familles, autorités et assurances s’en alarment. Dans leur inventaire des causes, les autorités insistent surtout sur la responsabilité des conducteurs et sur l’état des voitures. L’état des routes et de la signalisation, la responsabilité de ceux qui veillent sur la circulation sont des facteurs moins incriminés. Ce faisant, on se déculpabilise un peu et on demande au conducteur de s’adapter à l’état défectueux des routes, et de se contenter d’une signalisation sommaire. Les lignes jaunes, il faut parfois les deviner. Des traces de lignes jaunes… Quelques campagnes radiophoniques où l’on commence par la phrase suivante : « mon frère le conducteur, sais-tu que… », et l’on finit par « fais ceci, fais cela… ». Une sorte de sermon amical, moralisateur, adressé au bon sens du conducteur, comme si le bon sens était la chose la mieux partagée du monde. Il est vrai que la vitesse, le non respect du stop, de la priorité à droite, du feu rouge, de la ligne jaune… sont des causes directes des accidents de la circulation. Mais on ne se demande pas pourquoi les gens ne respectent pas les lignes jaunes, le couloir, les stops… Aucune étude n’a été faite pour analyser les causes profondes du mode de conduire marocain, les motivations du mal conduire.

Une première question cependant : les conducteurs ont-ils conscience de mal conduire? Car à force de voir des « fautes » grossières perpétrées de "bonne foi", on se demande si les gens connaissent le code de la route et savent conduire ! Les autorités savent que tous les conducteurs ne connaissent pas le code de la route, faute d’avoir subi un apprentissage et subi un examen. Le permis de conduire est souvent une pièce administrative "achetée", et c’est après son acquisition frauduleuse que l’on s’entraîne à conduire. Au départ donc, une mauvaise conduite, fondatrice. Des gens excusables en quelque sorte, car comment voulez-vous que des gens qui n’ont pas appris à conduire conduisent bien ? Comment voulez-vous que des gens qui ne connaissent pas le code de la route le respectent ? La mauvaise conduite du départ, la corruption, continuera de corrompre le comportement du conducteur. N’est-on pas en effet dans un même système dans lequel la corruption est un schème de comportement, un schème socialisateur ? Ceux qui se refusent à la corruption sont des marginaux. Mal se conduire est une règle, une norme. Mal conduire aussi.

Mais arrêtons-nous aux gens qui savent, à ceux qui connaissent le code de la route. Ceux qui le transgressent sciemment. Ceux pour qui la signalisation est un décor que l’on finit par ne plus voir, et que l’on redécouvre lors de l’amende, quand amende il y a, ou de l’accident. En général, l’amende n’est pas appliquée pour faire respecter le code de la route, elle est appliquée quand il s’agit d’une campagne pour collecter des fonds. Quant il n’y a pas de campagne de sécurité routière, l’amende est allègrement convertie en « cadeau » après une "remise", ce qui arrange les deux parties en présence, voire même les parties qui ne sont pas présentes. Faut-il le rappeler, la corruption est un système hiérarchique totalitaire.

Pourquoi donc ceux qui savent ne transforment-ils pas leur savoir en conduite ? Pourquoi se conduisent-ils mal ? Pourquoi conduisent-ils mal ?

Ces gens qui se lèvent tard pour emmener les enfants à l’école et arriver à l’heure, ces gens pressés d’arriver et qui croient être les seuls à être pressés, ces gens ne peuvent respecter la file ou la ligne jaune, voire un feu rouge : « pourquoi resterai-je derrière ?, s’interroge « légitimement » le conducteur. Nulle part il ne respecte la file, et la loi…

Ce monsieur, ou sa dame, qui sont véritablement au dessus des lois (de la circulation entre autres, ce n’est pas une illusion) transforment leur conduite en libre circulation. Pour cette dame, et son monsieur, c’est les offenser que de leur demander de s’arrêter à un stop. « Comment ? Ne savez-vous qui je suis ? », s’écrient-ils indignés, chacun dans sa belle voiture. Indignation acceptée et « légitimée », transmise, léguée comme un « bien » aux enfants conducteurs, parfois même sans permis, ceux-là. La mauvaise conduite est héréditaire. Elle est objet de reproduction sociale. On ralentit au stop juste pour voir si l’on peut passer sans danger pour soi-même. Sans attendre que l’autre, celui qui a la priorité, passe. « Ne sait-il pas qui je suis » ou bien tout simplement « pourquoi vais-je attendre moi, qu’il aille se faire f… ». L’on ne s’arrête pas surtout s’il n’y a pas d’agent de circulation qui veille au gain.

L’automobiliste ne laissera pas passer un piéton, ou un cycliste. Face au piéton, la possession d’une voiture situe socialement l’automobiliste plus haut et lui donne par conséquent le pouvoir, voire le droit, de passer le premier. En réaction, le piéton, souvent néo-citadin, ne voudra pas et ne saura pas marcher sur le trottoir pour dire que la chaussée lui appartient aussi. Le piéton ne s’arrêtera pas non plus quand son feu est au rouge, répondant ainsi aux conducteurs pour qui le feu, une fois au vert, l’est dans tous les sens. Les automobilistes vous diront que les piétons ne s’arrêtent pas au feu rouge. Et puis ces chauffeurs de camion, de bus ou de car qui, une fois à leur volant, accèdent enfin à la puissance. Socialement petits parce que piétons en général, leur véhicule poids lourd les métamorphose en êtres puissants et craints. Ils peuvent faire mal, on les laisse passer les premiers. Ils s’imposent enfin aux autres, notamment aux conducteurs des grosses voitures, aux dames, aux demoiselles. On voit leur regard triomphateur, viril. Cercle vicieux, infernal, cercle système, cercle désordre. Courtoisie ou code de la route sont là inefficients, impensés, impensables.

Il ne s’agit donc pas d’une circulation neutre de véhicules neutres, régie par un code neutre. Au fond, il est question d’une catharsis totale, d’un règlement de comptes, psychologique, social, politique. Avec soi-même, à travers les autres, contre l’Etat. Conduire est en effet une manière de se dire, d’exprimer des complexes d’infériorité ou de supériorité, car le véhicule est un instrument chargé de sens, et qui permet de transfigurer « magiquement » les rapports sociaux, soit en renforçant le statut social, soit en l’inversant. Il s’agit d’une lutte symbolique de classes sociales, de générations, de sexe, de résidence… Ni les conducteurs ni les piétons ne sont des êtres abstraits réductibles à leur situation technique de conducteur ou de piéton : ce sont des êtres énervés, angoissés, frustrés, agressifs et qui investissent leur statut social dans leur mode de circuler et de conduire. Conduire une voiture n’est pas un acte technique et fonctionnel. Nécessairement, le Marocain transgresse les lois de la circulation, celles-ci faisant partie des lois, ces lois que le Marocain ne reconnaît pas comme ses lois, mais celles d’un Etat déconsidéré parce que corrompu et lui-même irrespectueux de ses propres lois. Les voitures de service, celles de l’Etat, ne respectent pas le code, elles donnent le mauvais exemple. Pire, on les voit à la sortie des écoles, au marché, à la boulangerie, ou le dimanche à la campagne pour le pique-nique de la famille.

La transgression des lois (de la circulation aussi) est le symptôme d’une personnalité maladive, pré-citoyenne, en conflit avec un Etat de non-Droit. On ne peut exiger d’un individu en deçà de la citoyenneté qui se conduit mal partout de bien conduire un véhicule. Pour l'individu, se conduire mal et conduire mal constituent une réponse pré-politique à la mauvaise conduite de l’Etat, à l’égoïsme de la classe politique, à son indifférence pratique au bien-être de la population. Mal conduire est une manière de protester pathologiquement contre un Etat frustrant et décevant.

 

 Rédigé à Fès, en juin 2002, Publié dans "Le Matin du Sahara", 15 mai 2005.

Repost 0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 14:37

Telquel, n° 488, 17-23 septembre 2011, p. 42.

Dossier « le Marocain ne s’aime pas »

 

Interview Abdessamad Dialmy, Sociologue 

« Nous avons besoin d’une morale civile »

 

Il y a deux ans, vous avez affirmé dans votre blog que le Marocain ne s’aime pas. Pourquoi ne s’aime-t-il pas ?

Le Marocain a de lui-même une très mauvaise opinion. Le Marocain s’auto-méprise, se sait et se sent corrompu, corrupteur, menteur, servile, calculateur, hypocrite, faux, opportuniste, écrasé, n’ayant aucun droit, non citoyen en un mot. Comment voulez-vous que quelqu’un qui se perçoit ainsi, qui se sent ainsi, arrive à s’aimer ? Il y a un refus perpétuel de soi, refus qui débouche sur le refus de l’autre Marocain, semblable. Ne pas s’aimer soi-même renvoie à un profond sentiment de frustration, et relève de privations diverses. Il en découle des comportements agressifs, au quotidien, cela va de la simple incivilité/impolitesse à l’agression verbale et physique.

Comment expliquez-vous ce désamour de soi ?

Le déterminant central de ce désamour de soi est de nature politique. Ce n’est pas dans nos gènes, ce n’est pas dans notre nature. On a fait le Marocain comme ça, on l’a voulu comme ça, dénué de valeurs, de sens moral. Les morales religieuse et civile se rejoignent dans le commandement du bien. Faire le bien est initialement une valeur religieuse qui s’est sécularisée dans la société moderne, celle-ci commande également de faire le bien, mais au nom d’une morale civile, sans transcendance. La morale religieuse impose de faire le bien grâce à l’espoir du paradis et/ou à la peur de l’enfer. Elle s’adresse à l’homme comme on s’adresse à un enfant (récompense/châtiment). Par contre, la morale civile est une morale citoyenne qui invite au bien pour réussir le vivre-ensemble dans la convivialité et dans la liberté. Elle traite les citoyens comme des adultes. L’Homme y est au entre. Le malheur du Marocain, c’est que le système politique lui a fait perde la morale religieuse sans le faire accéder à la morale civile. Au contraire, il l’a débauché.

Pourtant, on parle depuis quelques années d’un retour du religieux au Maroc…

En fait, on revitalise à la religion comme moteur politique, comme moyen de condamner les gens dans leur quotidienneté, comme instrument servant surtout à délégitimer le pouvoir.   Cette revitalisation de la religion n’est pas une revitalisation de la foi comme émotion, comme spiritualité et comme amour, c’est plutôt l’émergence d’une religiosité vindicative et accusatrice, comptable, servant un agenda politique. La religiosité islamiste prédominante n’est pas une volonté de vivre ensemble dans la paix et dans la tolérance. A ce titre, j’ose avancer que la religion a disparu comme morale pratique et comme pratique morale. Dans le meilleur des cas, elle est moralisme, c'est-à-dire appel à la morale, un appel vain, inadapté.

 

 

Quelle est la différence entre les morales religieuse et civile ?

Contrairement à la morale religieuse, la morale civile n’a pas besoin d’une force supérieure transcendante. Elle résulte d’un contrat social, elle est mise en place par la société elle-même, par les membres d’une société qui s’accordent à respecter certaines valeurs afin de vivre ensemble dans la paix. Chaque citoyen respecte cette morale parce que c’est la sienne, et chacun y met du sien. La morale civile promeut l’égalité des citoyens indépendamment de leur sexe, ethnie, religion, couleur, statut matrimonial, orientation sexuelle. Si au Maroc, la morale islamique est devenue non pratique, ce n’est pas pour autant que nous avons accédé à une morale citoyenne. 

Y a-t-il une explication à cet état d’entre-deux?

Cet entre-deux est l’expression d’une transition qui dure depuis des années parce qu’aucun choix idéologique clair n’a été fait par le politique. On veut jouer et gagner sur les deux tableaux, le religieux et le moderne. Du coup, on vit à la carte. On pioche ici et là, selon la conjoncture, selon les intérêts. D’une part, nous sommes dans un système où l’on veut avoir l’islam comme religion d’état tout en refusant d’être un état théocratique. D’autre part, on veut avoir la démocratie comme système politique tout en refusant la laïcité. On ne va au bout ni de la logique religieuse ni de la logique moderne. On prétend concilier. On fait du bricolage politique. C’est de ce bricolage que résulte notre errance politique, notre débauche morale. Celle-ci signifie bricoler « à la carte » une morale qui investit à la fois le religieux et le civil dans l’espace public.

Comment y mettre fin ?

Il nous faut un système politique laïc qui impose une morale civile comme morale publique et qui maintient la religion comme foi privée librement choisie. C’est la morale du citoyen digne, fort de ses droits. Cette morale civile, la seule à devoir réguler l’espace public, est aussi la seule à devoir être à la source du droit, y compris le droit de la famille et de la sexualité. Rien n’empêche le droit positif de reprendre certains interdits religieux et leur donner un caractère civil, mais ce droit positif émane d’une volonté populaire changeante, en devenir constant selon l’opinion politique majoritaire. En même temps, la laïcité garantit au Roi d’être le Commandeur des Croyants et à l’individu le droit d’exercer librement sa foi et son culte, de ne pas les exercer ou de ne pas en avoir. L’important est que l’espace public soit régulé par une morale civile (religieusement neutre) qui s’impose à tous les citoyens. Bien entendu, avec des pouvoirs législatif et exécutif non issus d’élections honnêtes, le Marocain ne cessera jamais de s’auto-mépriser, les Marocains ne cesseront pas de se mépriser mutuellement. Dans le système politique actuel qui le dévalorise en dévalorisant sa voix et sa participation, le Marocain ne peut pas s’aimer. Le mouvement du 20 février a probablement enclenché une dynamique qui réhabilite le Marocain à ses propres yeux… Dire non à la hogra, c’est le début de l’amour de soi.

 

 

Repost 0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 19:56

Lorsque le Marocain parle de Hogra, il se réfère au fait d’être méprisé, injustement traité, d’avoir le sentiment de ne pas être un citoyen. Ce sentiment reflète et renvoie à un état de non droit, fondé sur la notion d’une force supérieure, seigneurale, caïdale ou makhzénienne,  à laquelle on doit tout et qui ne vous doit rien. Le Maroc d’aujourd’hui a hérité de ce long passé d’absolutisme et de despotisme. Son peuple se sent Mahgour, parce qu’il a l’impression que la loi est appliquée seulement contre les gens qui n’ont rien et qui ne sont rien. Ceux qui n’ont ni argent ni relations ni titre. Le Marocain moyen se sent injustement traité, impuissant et frustré face aux différentes formes que prend l’abus de pouvoir ou le viol de la loi. La cause déterminante de la Hogra, c’est donc l’Etat de non droit. C’est là le composant fondamental et fondateur de la Hogra, sa cause déterminante.

 

Hogra verticale et horizontale

Lorsque c’est le pouvoir qui méprise les sujets, j’appelle cela la Hogra verticale. Cela se voit dans le rapport entre l’individu et les différentes administrations. Quand c’est entre individus ou groupes sociaux, on passe au niveau horizontal de la Hogra. La société marocaine est en effet hiérarchisée, discriminatoire et discriminante. Il y a les bons, les mauvais, ceux qui sont bien perçus et les autres, ceux qui dérangent. On distingue entre ceux qui appliquent et illustrent le mieux les normes dominantes et ceux qui s’en éloignent, parfois malgré eux, par leur race, leur couleur, leur langue, leur religion ou leur sexe. La Hogra est donc socialement organisée : elle s’exerce de manière objective et mécanique contre les groupes marginalisés. Elle transparait même au niveau du langage : « 3ezzi balala », « fouissi», « ihoudi hachak », « ghir mra »…  L’intonation et la manière de nommer sont déjà une façon d’exprimer le mépris, le refus de l’autre. Nous en sommes encore au stade de l’identité primaire, ethnique, religieuse, sexuelle, par conséquent, incapables de nous sentir « Marocains », uniquement Marocains, et fiers de l’être. Les guéguerres horizontales opposant par exemple Fassis et Berbères prouvent que le Marocain est dans un stade pré-citoyen, en deçà de la marocanité.

 

Le Marocain ne s’aime pas

Souvent, il m’arrive d’être pris pour un étranger. Lorsque je me mets à parler arabe, on dit : « ce n’est qu’un marocain ». Je n’ai jamais entendu quelqu’un, dans un autre pays, se dénigrer de la sorte.  Le Marocain ne s’aime pas. Le système n’a pas produit un citoyen digne, qui vit la tête haute, éduqué, intègre, travailleur, honnête. Il a produit un sujet servile, serviteur, menteur, hypocrite, faux, corrompu et corrupteur. Le Marocain sait qu’il est comme ça. Par conséquent, il est incapable de s’accepter en tant que tel et d’accepter les autres Marocains en tant que tels. Il est incapable de s’aimer en tant que tel. Sauf que le Marocain n’est pas comme ça de nature. Il n’y a pas de nature marocaine. A la naissance, le Marocain, en tant qu’être humain, est une pâte socialisable à volonté, une pâte à modeler comme le veut le système politique. La famille est le chainon qui modèle l’enfant selon le modèle politique établi et dominant. Le Marocain n’a pas toujours été comme ça, négatif : dans les années 60, il avait une éthique, une morale. Des valeurs, une parole. Encore une fois, c’est l’Etat qui a refusé de faire du Marocain un citoyen digne et conscient de ses droits, participant véritablement à la vie politique. Si le Marocain est opportuniste, s’il se comporte à la carte, ce n’est pas dans ses gènes que ça se passe, mais dans sa culture politique, plus précisément dans l’absence d’une culture citoyenne.

 

 

Etat de droit

Si la Hogra suppose un statut de supériorité, elle exprime une situation de pouvoir. Le fait de se sentir écrasé dans l’espace public amène l’homme à prendre sa revanche dans la sphère privée. Pour le Marocain, être un homme, c’est être supérieur à la femme, par définition, a priori. Peu importe que la femme soit intelligente, riche ou instruite. Le rapport homme/femme en tant que hogra est encore largement dominant, répandu. Lorsqu’un homme violente sa femme chez nous, c’est systémique, structurel, c’est définitionnel de notre société, c’est encore normal pour la grande majorité. La Hogra est un processus institutionnel, presque officiel, puisque régi par les traditions et les croyances. Les « mahgourine » ont des soupapes de sécurité comme le conte orale, la blague. Ça rattrape un peu, ça compense, mais ça ne change pas l’ordre des choses… Pour venir à bout de la hogra, il faut passer à l’État de droit, couper avec la notion de sujet. C’est là la véritable réforme, ce serait une révolution véritable. Il faut que l’individu naisse en tant que citoyen, égal à tous les autres. C’est dans un tel Etat que l’on peut tuer toute forme de Hogra, verticale et horizontale. Il faut améliorer la loi, lui enlever toute possibilité de discrimination, entre les femmes et les hommes, les Amazigh et les Arabes, les musulmans et les non-musulmans, les croyants et les non croyants, les jeûneurs et les dé-jeûneurs, les homos et les hétéros... Et surtout la respecter, l’appliquer de manière stricte et inconditionnelle. Egalité dans la loi, mais surtout égalité devant la loi. La solution est donc politique. Et la politique, c’est la clé au Maroc. Tant que la politique  ne sera pas assainie, rien ne le sera. C’est le levier qui fait tout mouvoir. Il faut que ce levier soit juste, transparent, équitable. En un mot, qu’il y ait une démocratie véritable, et un véritable respect des droits humains, sans aucune restriction, sans aucune exception. Un véritable Etat de droit prémunit contre les hogras verticale et horizontale.

 

 

 

Repost 0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 13:44

Pourquoi les Marocains se regardent-ils mutuellement avec méfiance, agressivité et suspicion? Pourquoi ne s’aiment-ils pas ? Pourquoi ne vont-ils les uns vers les autres que par intérêt et calcul ?

Corrompu, corrupteur, menteur, servile, hypocrite, faux, non ponctuel, paresseux, absentéiste, partial, cupide, sans parole, impoli, indélicat, agressif, maltraitant, incivique, bruyant, polluant, irresponsable, parlant à haute voix en public, n’admettant pas ses fautes, … le Marocain est ainsi… Ici et maintenant. Comme dirait le sociologue, c’est l’idéaltype du Marocain d’aujourd’hui. Son portrait robot en termes plus simples.

Le Marocain se sait ainsi, et se perçoit ainsi. C’est l’image qu’il a de lui-même. Image négative qui n’est pas trop éloignée de la vérité. Comment peut-il alors s’accepter ? Se supporter ? Comment peut-il s’aimer soi-même ? Il ne le peut. Au fond de lui, le Marocain ne s’aime pas parce que Marocain. Il se dit seulement Marocain, il se dit qu’il n’est que Marocain. Mépris de soi. Nulle part, je n’ai vu des gens qui s’auto-méprisent ainsi. Ce Marocain qui ne s’aime pas parce que Marocain, il ne peut aimer les Marocains. Il les perçoit à son image, corrompus, corrupteurs, menteurs, serviles…, indignes d’amour et de respect. A l’étranger, le Marocain évite le Marocain, il s’en désidentifie, comme pour se déculpabiliser. Une sorte de reniement de soi, de son identité. Quant il le peut, il se rapproche des Indigènes, de ces Européens, de ces Américains, par intérêt et calcul. Il aspire à leur ressembler, tellement il les perçoit comme des gens corrects. Même s’ils ne sont pas musulmans, il les perçoit comme meilleurs.

Ce Marocain là, mauvais et médiocre, celui d’aujourd’hui, a été fabriqué ainsi. Il a été voulu ainsi, mauvais, médiocre. Mais cette négativité n’est pas dans la nature du Marocain. Ce n’est pas un destin. Le Système n’a pas voulu le fabriquer comme sujet de droits, comme citoyen. Il est victime de ce système. Et au lieu de s’en prendre à ce système, dans un combat politique véritable, vertical, il s’en prend aux autres, à ceux qu’il croise sur son chemin, à ses voisins, à ses collègues… gratuitement, souvent pour des vétilles. Ce combat horizontal, pré-citoyen, psychopathologique, est livré pour compenser, se défouler. Combat impuissant, combat des impuissants, livré par impuissance politique, eu égard à l’impuissance de la politique. Quand elle est exercée, la politique n’est plus exercée comme le Levier de l’amélioration de la société et du pouvoir. Ou de s’améliorer soi-même. Elle est recherche du pouvoir en soi, pour soi. Seul le pouvoir immunise. Il immunise de l’arbitraire régnant. Telle qu’elle est exercée depuis une trentaine d’années, la politique n’habilite pas le Marocain à devenir un citoyen. Elle n’est plus éducation. Viciée parce que de façade et sans efficience, elle maintient le Marocain dans la pré-citoyenneté, elle l’enfonce dans un néo-tribalisme instable et opportuniste, dans l’anti-citoyenneté en dernière analyse … En tant que praxis, la politique est à assainir. L’assainissement de la société marocaine commence par l’assainissement de la pratique politique.

 

Rabat, le 28 juin 2009

Repost 0